Au secours je ne suis pas écolo : les menstruations

14 Sep 2021 | Bien-être, Podcasts, Zéro déchet

Dans cet épisode hors-série, Jeane s’intéresse au sujet encore très tabou des règles.

Afin de décrypter au mieux ce thème, nous allons d’abord nous intéresser à l’histoire des protections hygiéniques puis nous parlerons de pollution, de perturbateurs endocriniens et enfin des nombreuses solutions qui sont à notre portée pour vivre notre cycle de manière libre et engagée.

Le tabou qui règne autour des menstruations remonte à la Grèce antique où le sang menstruel était considéré comme foncièrement impur, symbole de l’excès féminin, il était perçu comme une “humeur” devant être expulsée du corps. Malheureusement cette vision a perduré pendant des années. 

Comme l’explique l’historienne Susan Strasser, avant le XX ème siècle, les femmes américaines utilisaient des protections hygiéniques conçues avec des chutes de tissu, des bandes d’écorce molles et toute autre matière pouvant être valorisée et upcyclée en serviettes hygiéniques. Mais la société de l’époque, qui stigmatisait les menstruations, n’appréciait guère que ces protections soient exposées, durant la période de séchage, à la vue de toutes et tous après avoir été lavées. 

En 1921, le premier produit menstruel jetable voit le jour aux États-Unis. Depuis, l’offre de produits hygiéniques jetables n’a cessé de grandir et on estime que ce ne sont pas moins de 45 milliards de serviettes hygiéniques qui sont utilisées chaque année dans le monde. Lorsqu’on sait qu’il faut plus de 500 ans pour que ces déchets se dégradent cela représente une sacrée pollution !

Depuis plusieurs années, l’Agence de sécurité sanitaire a tiré la sonnette d’alarme après avoir découvert que les fabricants de tampons et serviettes hygiéniques utilisaient des composés chimiques aux effets cancérogènes ou perturbateurs endocriniens ! Dans un simple tampon ont été découverts du lindane, du quintozène, des hydrocarbures aromatiques polyciclyques ou encore du glyphosate, le célèbre herbicide tant controversé et commercialisé par Monsanto.

Heureusement, des alternatives plus respectueuses de l’environnement et de notre santé sont désormais accessibles. C’est le cas des protections périodiques jetables fabriquées avec du coton bio comme celles de Jho, Marguerite & Cie ou encore Tadam.

Une autre alternative bien connue et qui s’est largement démocratisée ces dernières années est la coupe menstruelle, également appelée cup. Cette coupelle en silicone permet aux personnes menstruées d’utiliser une protection fiable, durable et saine. Cette cup doit être vidée et nettoyée avant d’être à nouveau utilisée pour un cycle de plusieurs heures. La cup est également un achat économique puisque son prix oscille entre 25€ et 30€ mais qu’il est possible de l’utiliser pendant 10 ans. Je vous recommande celle de Lamazuna que j’utilise depuis des années.

Il est également de remplacer les serviettes hygiéniques par des serviettes lavables ou des culottes menstruelles. Ces dernières ont révolutionné ma vie il y a quelques années et je ne peux que vous recommander de les tester. Les culottes menstruelles ressemblent à des petites culottes toutes simples mais ont une capacité d’absorption et de protection pouvant aller jusqu’à plusieurs heures. Selon votre flux et vos besoins vous pourrez choisir la culotte qui vous convient ! J’apprécie particulièrement les marques Strawberry Underwear, Rejeanne et Fempo

Crédit Photo : @Fempo

Selon les estimations du collectif Georgette Sand et de l’association Règles élémentaires, deux millions de femmes n’auraient pas accès aux produits périodiques en France. Plusieurs associations luttent contre la précarité menstruelle en permettant à toutes personnes menstruées de bénéficier gratuitement de protections hygiéniques. Je vous invite à vous rapprocher d’associations telles que Règles élémentaires ou MAY Association afin d’effectuer un don.

Briser le tabou des règles passe aussi par une réappropriation de notre corps. Vivre notre cycle en harmonie avec nous-même est indispensable. Dans une société qui file à mille à l’heure nous avons besoin de nous écouter, de nous recentrer sur nos besoins et de savoir ralentir le rythme quand notre corps nous implore de le faire. L’ouvrage Kiffe ton cycle de Gaëlle Baldassari vous aidera à mieux appréhender les variations hormonales auxquelles nous sommes confrontées.

Les produits qui m’accompagnent tout au long de mon cycle :

J’espère que cet épisode vous plaira.

À bientôt.



Julien vidal, À quoi ressemblera 2030 ?

Julien vidal, À quoi ressemblera 2030 ?

Cette semaine, Jeane reçoit Julien Vidal. Julien est à l'initiative du mouvement Ça commence par moi qui a vu le jour en 2017. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages et l'hôte du podcast 2030 Glorieuses. Dans cet épisode, nous nous prêtons à l'exercice que...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code