Pauline & Paulette zéro-déchet

Peux-tu te présenter ?
Je suis Pauline, 28 ans, grande amoureuse de la vie et aujourd’hui, une (vraie) amoureuse de la planète. Je suis convaincue que chaque geste compte et plus que jamais décidée à apporter ma pierre à l’édifice.

En septembre 2017, j’ai quitté mon travail pour partir voyager. Avec du recul, je pense que c’est grâce à ce voyage que j’ai eu le courage de me lancer. J’ai créé la marque Paulette zéro-déchet il y a 1 an et je suis heureuse de faire partie de ce mouvement qui marque clairement notre siècle.

Qu’est-ce que Paulette Zéro Déchet ? Paulette zéro-déchet, c’est l’idée que nous pouvons chacun, changer le monde à notre niveau, et ce, en le faisant avec plaisir ! À son rythme, tout en douceur, mais aussi avec joie et panache ! À travers des produits utiles et jolis, écologiques et économiques, je souhaite plus que tout, démocratiser, désacraliser et dé-moraliser les initiatives écologiques. Je veux prendre le pari de vous faire aimer prendre soin de vous tout en prenant soin de la planète.

J’ai notamment créé le Pancake, le coton lavable nouvelle génération, tout doux et dodu et surtout… qui le reste dans le temps ! Fini les cotons lavables qui irritent le visage et qu’on a envie de jeter à leurs tour !

Comment est né ton projet ?
Il est littéralement né dans les nuages, entre la France et la Nouvelle-Zélande.

Je partais donc pour un voyage introspectif, en solitaire, pour 2 mois. Je voulais trouver un pays qui soit assez loin et suffisamment safe pour n’avoir qu’à me libérer de mes carcans, de mes habitudes et de mes peurs. Il s’agissait d’une coupure entre mon emploi d’ancienne cadre (chef de projet marketing) et les retrouvailles avec mon homme à Paris. Je n’aurais jamais cru que cela puisse me donner des ailes à ce point !

Avant le départ, j’avais du temps et j’avais envie d’expérimenter le concept du minimalisme. Partir avec des cotons jetables n’était pas une option. Je n’avais jamais fait de couture, et me voilà dans l’avion avec du fil et une aiguille (oui oui ils m’ont laissé passer !). J’ai donc cousu à la main mon premier coton démaquillant lavable, pour moi, pour mon plaisir, car je n’avais pas trouvé jusque là de produit qui me donne réellement envie de changer mes habitudes. De là est né le Pancake ! Tout doux, tout dodu et durable 🙂

Je l’ai donc testé en voyage, trop pratique quand on est baroudeuse, on le lave avec ses chaussettes et sa culotte le soir, il sèche pendant la nuit et on est prête à repartir à l’aventure le lendemain ! L’idée a beaucoup plu aux filles que j’ai rencontrées pendant le voyage, puis à mes amis et ma famille quand je suis rentrée. J’ai donc commencé à en fabriquer pour eux et à apprendre à manier la machine à coudre.

Aujourd’hui, heureusement, j’ai laissé cette tâche à un atelier de couture français qui est beaucoup plus efficace et bien meilleur que moi niveau finition produit 🙂

Pourquoi as-tu cette volonté de t’engager, à ta façon, dans la protection de l’environnement ?
J’étais déjà très concernée par la problématique environnementale, j’avais pu, grâce à mon métier d’avant, la mettre à profit (je travaillais notamment pour la fondation de mon entreprise). Mais j’avais la sensation de ne pas pouvoir agir en direct, de ne pas avoir le pouvoir de m’impliquer suffisamment, et surtout l’impression que les résultats servaient davantage à donner une belle image à l’entreprise plutôt qu’à essayer de faire le bien réellement.

Les petits gestes du quotidien que nous pouvons mettre en place sont infinis et j’adore les expérimenter à la maison, les apprivoiser et finalement réaliser que je ne pourrais pas vivre sans ! Avoir un projet professionnel lié à cette problématique, c’était l’étape au dessus. Je ne suis toujours pas irréprochable et j’aime le fait de me dire que j’ai toujours à apprendre.

J’ai toujours eu envie de faire partie de cette révolution, que j’appelle la révolution douce. Si l’on réfléchit bien, être acteur du changement aujourd’hui ne nous demande pas grand chose. Énormément d’initiatives sont en places, les bras ouverts, les consommateurs n’ont plus qu’à faire leur choix et réaliser petit à petit que l’écologie, le minimalisme, réduire nos déchets ce n’est pas compliqué !

Deux phrases pour définir cette aventure ?
Il faut être prêt à vivre les montagnes russes et accepter d’être imparfait.
L’aventure la plus incroyable de ma vie, celle qui me suit au quotidien et qui me fait me sentir vivante !

Que te réserve l’avenir ? Des projets futurs ?
Je travaille sur de nouveaux produits. Pour nos amours les bébés <3

Enfin, un conseil à tous les auditeurs qui souhaitent, eux aussi, s’investir dans un tel projet (associatif, entrepreneurial…) ?
Absolument croire à fond en ce que l’on fait pour affronter les réels moments de doute. Lancer son entreprise n’est pas de tout repos émotionnellement, mais tellement excitant !

Il faut aussi savoir s’entourer, l’entrepreneuriat peut être très compliqué de ce point de vue là. Lorsqu’on entreprend seul(e) et sans réels fonds – et c’est mon cas – on se retrouve facilement à tout devoir mener de front. Après avoir été salariée 4 ans, travailler seule et sans manager c’est plutôt troublant. Rechercher des groupes de discussions pour s’éveiller, des espaces de co-working pour se donner un rythme, des couveuses d’entreprises pour se propulser, des afterworks pour rencontrer des gens etc…  J’ai toujours eu un peu de mal avec cette phrase pro école de commerce mais au final c’est très vrai, c’est grâce au réseau que nous avançons.

Plus d’informations :
https://paulettezerodechet.com/les-pancakes/
https://www.instagram.com/paulettezerodechet/

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.