Claire & Akibe

Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Claire, j’ai 37 ans, 3 enfants et je vis au Gabon. 

J’ai quitté la France il y a presque 8 ans pour suivre mon mari aux Emirats Arabes Unis, à Abu-Dhabi puis à Dubaï. Nous y sommes restés 7 ans et nos 3 filles sont nées là-bas. Cette expérience nous a beaucoup plus, j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans mon domaine : l’industrie cosmétique et je me suis beaucoup épanouie à travailler dans cet univers très cosmopolite. 

Je suis ingénieure chimiste de formation, en France je travaillais en Recherche et développement pour un grand groupe ; à Dubaï, j’ai occupé un poste plus général de directrice d’une usine locale. Cela m’a beaucoup appris, et m’a servi par la suite dans mon projet. 

Il y a un peu plus d’un an, mon mari a eu l’opportunité de venir au Gabon et nous avons décidé de tenter l’aventure. C’était pour moi l’occasion de rétablir un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et personnelle, les enfants notamment. Mais à aucun moment je n’ai pensé arrêter totalement de travailler et dès le départ, mon projet était dans les cartons ! Au sens propre, puisque j’ai apporté tout le matériel nécessaire à mon activité dans les cartons du déménagement familial ! 

Comment est né ton projet ? 

Au Gabon, ce qui marque d’abord c’est la générosité de la nature, c’est un pays magnifique ! Le contraste avec Dubaï, sec, aride et inhospitalier est énorme. Mais ensuite on découvre vite que les populations locales vivent dans des conditions souvent très difficiles et subsistent au jour le jour, là aussi, c’est un total contraste avec Dubaï.

Mon projet se devait d’être en accord avec mes valeurs profondes et s’intégrer à cet environnement. Avec ma connaissance de l’industrie cosmétique, cela faisait déjà un moment que j’étais convaincue que la cosmétique solide était une bonne solution. Elle nécessite relativement peu de machines, peut être produite en quantités raisonnables et surtout, elle répond à tous les critères de respect de l’environnement que je recherchais. 

Seulement quelques mois après notre installation au Gabon, je trouvais le nom AKIBÉ qui signifie « respect » en Fang, un des dialectes les plus parlés du Gabon. Le concept d’AKIBÉ consiste à réconcilier le respect de la nature, des producteurs et des consommateurs ! 

Le temps de finaliser le développement des produits, trouver les bons fournisseurs localement, et avec quelques retards dus au COVID, j’ai pu lancer la marque début Juin. 

https://www.instagram.com/p/CIizoVyoTrw/

Pourquoi as-tu cette volonté de t’engager, à ta façon, dans la protection de l’environnement ? 

Pour moi, le respect de l’environnement ne devrait pas être considéré comme un « extra » cela devrait être la base pour tout projet

Encore plus lorsqu’on vit en Afrique, on se rend compte de l’urgence écologique : on voit d’un côté la nature et les animaux sauvages (baleines à bosse, tortue luths, éléphants et gorilles) et de l’autre le manque criant d’infrastructures pour traiter les déchets qui se retrouvent exposés à tous vents dans des décharges à ciel ouvert !  Si l’Afrique se développe sur le même modèle que celui que nous avons suivi, on court à la catastrophe ! 

A l’heure ou le Made in France a le vent en poupe, cela peut sembler un peu à contre-courant de produire en Afrique. Mais lorsqu’on regarde dans le détail, d’un point de vue écologique, l’empreinte est presque identique. Avec AKIBÉ, je veux montrer qu’on peut produire en Afrique, des produits de haute qualité pouvant être vendus en Europe sans faire de mal à la planète et proposer ainsi un modèle économique alternatif bénéfique pour tous.

Deux phrases pour définir cette aventure ? 

Le mantra d’AKIBÉ est « Conçus pour être en harmonie avec le monde qui nous entoure » car je crois profondément que l’écologie ne peut pas être dissociée de l’éthique et de la notion de bien-être et de plaisir.

J’ai voulu qu’AKIBÉ soit une marque pétillante et décomplexée à l’opposé des codes habituels des produits BIO dont les odeurs et les couleurs sont souvent assez ternes. Mon défi est de « convertir » des personnes qui ne se sentent pas immédiatement concernées par l’écologie, ou du moins pas suffisamment pour sauter le pas. 

Avec les shampoings solides AKIBÉ, on retrouve une sensation presque identique à celle d’un shampooing classique que ce soit en termes de mousse, de parfum ou de résultat sur les cheveux. Les produits sont conçus pour convenir à toute la famille, car nous concevons cette transition comme une démarche familiale à laquelle nous devons tous contribuer, dès le plus jeune âge. Nous avons simplement proposé 4 parfums différents pour que les personnes puissent choisir selon leurs goûts mais aussi changer au fil des humeurs et des saisons !

Selon nous, la beauté doit rester axée sur le plaisir et le résultat. La démarche écologique et éthique doit être un plus, pas un effort !

Que te réserve l’avenir ? Des projets futurs ? 

J’aimerais que la marque se développe suffisamment pour que nous puissions investir dans des locaux plus grands et faire venir plus de femmes dans le projet. A long terme, je rêve que cet atelier devienne autonome pour pouvoir répliquer le concept dans d’autres régions d’Afrique et du monde.

AKIBÉ est 100% autofinancé et ce volet est également une grosse contrainte. Comme je ne souhaitais absolument pas que le projet pèse sur le budget familial, j’ai continué à travailler en tant que conseil pour des sociétés basées au Moyen-Orient. Cela m’oblige à partager mon temps entre ces activités et cela ralentit forcément le développement d’AKIBÉ.

J’espère réussir à viabiliser le projet avant de devoir refaire mes valises pour suivre mon mari dans d’autres aventures ! 

Enfin, un conseil à tous les auditeurs qui souhaitent, eux aussi, s’investir dans un tel projet (associatif, entrepreneurial…) ? 

Monter ce genre de projets en Afrique ce n’est pas évident. Cela demande beaucoup de persévérance. Les autorités locales ne comprennent pas forcément la finalité du projet et ne sont pas toujours très aidantes.

Je pense que pour tout projet il faut beaucoup de volonté. Mais en Afrique et dans l’environnement, il en faut une sacrée dose !  

Site : https://www.akibe.fr

Instagram : https://www.instagram.com/akibe.fr/?hl=fr

Facebook : https://www.facebook.com/akibe.fr/

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.